Sécurité de l'approvisionnement et autonomie assurées

La sécurité de l’approvisionnement repose sur des systèmes d’approvisionnement fiables, performants et efficaces, qui doivent receler le moins de risques possibles pour la production et fonctionner avec un minimum de dérangements. Les énergies hydraulique et nucléaire répondent à ces critères depuis près de 40 ans. L’énergie hydraulique est ici la technologie de production d’électricité la plus efficiente qui soit. L’énergie nucléaire marque quant à elle des points du fait de l’énorme densité énergétique de l’uranium, qui assure l’efficience globale de cette technologie.
Pour en savoir plus sur le thème de l’efficience énergétique, cliquez ici.

L'économie a besoin d'une alimentation fiable en électricité produite par des installations hautement disponibles.

Gisements grands d'uranium

Le potentiel de développement significatif de l’énergie hydraulique dans le petit pays qu’est la Suisse est limité. Aujourd’hui, l’utilisation de cette énergie entre souvent en conflit avec la volonté de protéger les paysages et la nature. Le nucléaire, en revanche, ne se heurte pas aussi rapidement à des barrières. Compte tenu du faible encombrement et des grandes réserves d’uranium dans le monde entier, cette énergie peut encore être développée. Dans sa stratégie énergétique 2050, la Confédération retient que les gisements d’uranium sont plus diversifiés que le pétrole et le gaz naturel. Certains Etats de l’OCDE, en particulier, disposent encore de grandes réserves d’uranium. L’énergie nucléaire assure donc durablement la sécurité de l’approvisionnement.
Pour en savoir plus sur les réserves mondiales d’uranium, cliquez ici.

Grâce à leur longue expérience en matière d’exploitation, les centrales nucléaires suisses fournissent en électricité ménages et entreprises toute l’année durant, pendant près de 90% du temps. L’été seulement, tandis que les centrales hydro-électriques tournent à plein régime, elles sont arrêtées pendant quelques semaines pour réaliser des travaux de maintenance et changer le combustible. Seules les installations exploitées, entretenues et contrôlées par la Suisse sur son territoire national offrent une qualité d’approvisionnement aussi élevée.

Une autonomie durable avec l'uranium

L’uranium est présent dans le monde entier et dans des régions politiquement stables, telles que l’Australie ou l’Amérique du Nord. Il est ainsi possible de choisir librement son fournisseur. Comme l’uranium est d’une énorme densité énergétique, la production d’électricité ne requiert que de faibles quantités à importer, ce qui assure une indépendance certaine vis-à-vis de l’étranger. L’uranium enrichi nécessaire au fonctionnement annuel de la plus grande centrale nucléaire suisse correspondrait ainsi à la capacité de stockage d’un break de classe moyenne. Il est donc possible de conserver aisément des réserves de plusieurs années sur un espace des plus réduits. L’énergie nucléaire garantit de la sorte un haut niveau d’autonomie et de sécurité de l’approvisionnement, que le pétrole et le gaz naturel ne seront jamais en mesure d’atteindre. Les stocks de pétrole obligatoires par exemple offrent une autonomie de 2 à 3 mois au Maximum.
Pour de plus amples informations sur la matière première uranium, cliquez ici.

L’uranium: une densité énergétique énorme, des réserves largement suffisantes et un coût avantageux. (Photo Cameco)

Une sécurité de l'approvisionnement remise en cause

L’Association des entreprises électriques suisses craint des pénuries d’approvisionnement pour la Suisse en hiver dans des temps proches. Selon la nouvelle stratégie énergétique 2050 de la Confédération, les centrales nucléaires arrivant au terme de leur durée d’exploitation ne doivent en effet pas être remplacées. Notre mix électrique pourrait donc fortement changer d’ici à 2035 – sans que personne ne connaisse vraiment l’ampleur du changement.

Il faut s’attendre à ce que les centrales les plus anciennes de Beznau-1 et -2 ainsi que Mühleberg, qui produisent conjointement neuf milliards de kilowattheures (kWh) de courant, soient désaffectées vers 2035. Près d’un septième des besoins suisses en électricité ne seront donc plus couverts. De même, la Suisse ne pourra plus s’appuyer sur les contrats d’importation tels que pratiqués actuellement avec la France, car les nouvelles règles concurrentielles européennes interdisent la reconduction de ces contrats. Quatre milliards supplémentaires de kWh d’électricité disparaissent ainsi. Dans le même temps, il faut toutefois supposer que la consommation énergétique ne cessera d’augmenter. Les prévisions relatives à cette hausse diffèrent fortement en fonction de la source. La Confédération table sur le fait que la consommation d’électricité va poursuivre son évolution dans un premier temps, pour se stabiliser à partir de 2020 sous l’effet du durcissement des mesures d’efficience et d’économie, et enfin reculer, de sorte qu’elle pourrait à nouveau se situer aux alentours des 58 000 GWh actuels en 2035.

Vous trouverez ici des informations sur la sécurité d’approvisionnement du futur. et sur l’actuelle politique énergétique de la Confédération.


Communication presse

Betriebsverlauf

13.8.2018 09:01

Die Anlage produzierte im Juli 2018 nach Plan und ohne Unterbruch.

Die Zahlen für den Juli 2018:

...

Lire plus »
Visites

Visites

Venez nous visiter et faites-vous votre propre opinion!

Lire plus »
Contact offre d'emploi

Contact offre d'emploi

© Kernkraftwerk Gösgen-Däniken AG

Kraftwerkstrasse
CH-4658 Däniken

T: +41 (0)62 288 20 00
F: +41 (0)62 288 20 01

Kontaktformular